Fall Colors in Quebec

Hello à tous !
Nous sommes deja en automne 🍂 et c’est fou ce que mes dragonfruit açaí limonade me manquent déjà. Mais, bon l’automne a aussi ces bons côtés, le retour du Pumpkin Spicy Latte, les nouvelles séries TV et surtout des couleurs flamboyantes. Et c’est précisément ce que j’avais hâte d’observer depuis mon arrivée au Canada !
Il faut savoir qu’au Québec, le point culminant des couleurs vives des arbres est à son summum aux environs de mi-octobre. Avant, les arbres sont encore verts, après, les feuilles sont complètement au sol avec le vent.
Nous avons donc choisi d’aller au Mont Saint-Bruno qui aussi un parc national surtout connu pour être une station de ski, l’hiver venu. Situé à moins d’une heure de Montréal, je trouvais que cela était une belle alternative à d’autres parcs plus lointain pour une belle journée en forêt.
Au loin, le Vermont aux USA
Qu’en pensez-vous?
D’autres endroits où je peux vraiment vous recommander d’admirer les couleurs d’automne :
– le Parc de la Gatineau à Gatineau,
– les Laurentides
– le fameux Mont-Tremblant
– le parc Jacques Quartier (près de Québec),
– le Parc national Rigaud (près de la frontière avec l’Ontario)
– le Vermont (Pittsburg et Burlington) aux Etats-Unis
Publicités

Ranger avec Marie Kondo, est ce que cela fonctionne vraiment?

Nouvel article dans la rubrique « Lifestyle » car cette fois, je vous parle d’une méthode venue tout droit du pays du Soleil Levant : la méthode KonMari.

Il s’agit d’une méthode de rangement qui promet de garder votre espace de vie rangée sans le moindre effort et qui aurait changé la vie de ceux qui l’ont pratiquée. Véritable best-seller outre Atlantique et au Japon, Marie Kondo propose une méthode qui se veut inédite : seulement la vraie question est : est-ce que ça marche vraiment ? Après tout ce n’est que du rangement, pourquoi cela changerait nos vies et serait différentes des façons de ranger…

IMG_2768_edited

Je ne vais pas vous mentir je suis BORDELIQUE, malheureusement, ce qui est un paradoxe lorsque l’on sait que mon travail est souvent strictement ordonnée et minutieux (j’applique réellement les 5S à mes projets !). Donc je me suis toujours demandée : mais pourquoi je ne parviens pas à garder un espace rangé comme mes dossiers ? J’ai essayé en vain différents trucs, différentes organisations et à chaque fois le même constat : l’échec. Alors je me suis dit : voyons ce que Marie Kondo propose, qui sait, cela peut fonctionner. J’ai lui de nombreux avis et blogs qui disaient que cela ne marchait tandis que d’autres en vantaient les mérites… J’étais déroutée ne sachant plus quoi croire et je me suis dite « la meilleure façon de se faire une idée est encore d’essayer ».
J’ai commencé par acheter le livre et je l’ai lu quelques heures à peine en prenant minutieusement des notes et ai relevé plusieurs principes :

1. Appliquer la méthode KonMari, strictement.

Car c’est en lisant les expériences des gens pour qui ce fût un échec que j’ai compris que la principale erreur réside dans le fait de ne pas appliquer entièrement tout ses principes. Appliquez donc rigoureusement les règles qui suivent même si elles peuvent vous sembler fantasques.

DIGITAL CAMERA
Apporter le bonheur à la maison

2. Ranger 1 fois pour toutes

Marie Kondo est formelle, ranger petit à petit est inefficace et éreintant ! C’est pourquoi elle préconise de faire un immense rangement en une seule fois mais qui durera 6 mois.

3. Jeter

C’est le grand principe je dirais de la méthode KonMari car selon elle, nous possédons trop d’objets et ce qui empêche la maison d’être en harmonie et donc qui fait qu’on ne parvient jamais à ranger.

4. Ranger par catégorie et non par lieu

Pour ce grand rangement, elle préconise de ranger par catégorie en suivant bien précisément cet ordre qui est : les VETEMENTS, les LIVRES, les PAPIERS, le KOMONO (divers) et enfin les SOUVENIRS. Elle dit que c’est en commençant par les choses faciles à jeter que l’on peut ensuite terminer par ce par quoi on est attaché le plus.
Se tenir à l’ordre ci-dessus et surtout procéder par sous catégorie.

5. Réunir les objets au même endroit

Car selon elle, nous avons le même objet plusieurs fois dans chaque pièce, de ce fait, elle pense que ce n’est pas opportun de trier par pièce car on en oublie certains. Elle préconise donc de rassembler tout les objets de la même catégorie et de les trier au même endroit. D’une part pour se rendre compte de leur volume, d’autre part pour ne pas en oublier. Si un objet est oublié, il doit être jeté (oui c’est cruel, mais terriblement efficace).

6. Ne garder que ce qui nous apporte de la joie

Il faut donc prendre CHAQUE objet et se demander à chaque fois si l’objet nous procure de la joie. Si oui, le conserver, si tel n’est pas le cas, le jeter en le remerciant.
Remercier ses objets peut nous sembler farfelu mais si on y réfléchi, le livre a été écrit par une Japonaise et en Asie, les gens croient que chaque chose a une âme ou une énergie. D’où l’importance de considérer chaque chose. Garder en tête que l’objectif premier est le bonheur.

7. Trouver une place à chaque objet

Chaque objet ne peut aller qu’UN SEUL et UNIQUE endroit. De ce fait, il faut lui trouver une place. Si un objet ne trouve pas sa place dans la maison c’est qu’il ne doit être gardé.

8. Plier les vêtements selon la méthode KONMARI

Là, je vous renvoie à ses vidéos et j’avoue que cela est terriblement efficace. Pour les t-shirt par exemple j’ai gagné une place considérable.
Elle considère que des vêtements bien pliés prennent moins de place et se sentent mieux (c’est vrai !) mais aussi qu’il ne faut pas empiler les affaires car elle pense que cela n’est pas bon pour les vêtements.

9. Eviter l’effet rebond

C’est là où les choses sont les plus difficiles. Si vous avez appliqué parfaitement la méthode cela ne devrait pas survenir. De plus, elle dit que pour cela, il faut rechercher une ou des image(s) idéale(s) de son espace intérieur et que c’est en gardant cet objectif qu’on parvient a éviter l’effet rebond.
Si cela arrive, il faut se demander, pourquoi cela a lieu et ne pas perdre son objectif du bonheur.

10. Saluer sa maison

Bon, c’est un peu le point qui peut nous paraître le plus fantasque mais qui aurait de l’importance selon Marie Kondo car cela maintiendrait une joie et un respect des lieux.

Je me suis exécutée en respectant à la lettre les principes : dont JETER, mettre dans des SACS POUBELLES etc.

Les points positifs

IMG_6795


Il suffit de bien suivre chaque étape et on parvient assez facilement à ranger et recréer un espace de vie plus harmonieux. J’ai par exemple « jeté » les 2/3 de ma garde robe et pu réaménager les choses comme je le souhaitais. Ma bibliothèque a cessé de crouler sous les cours de fac et séminaires qui me stressaient à chaque coup d’œil. Je me disais « oh je vais les relire » sauf que franchement, personne ne relit jamais ses cours.

Se rendre compte de ce qu’on accumule

C’est aussi un point positif car dans notre société, on achète sans fin et sans se demander vraiment où et comment on va ranger nos trouvailles. Sauf que lorsque j’ai commencé à mettre les choses au milieu de la pièce et que j’ai vu la quantité affolante de vêtements avec encore leurs étiquettes, de chaussures jamais portées ou de crèmes conservées juste au cas où et bien j’ai eu honte d’un tel gâchis et cela m’a un peu plus responsabilisée sur ma façon d’acheter.

Les points négatifs

DSC00982_edited

C’est éreintant 😦

J’avoue que trier, jeter, ranger c’est épuisant et cela m’a vraiment pris de l’énergie physique mais aussi mentale. On sous-estime beaucoup l’impact sur notre mental mais j’avoue après m’être sentie beaucoup mieux.

C’est dur de jeter autant 😦

C’est un fondement de la méthode KonMari et elle le dit elle-même dans son livre que certains clients ont remplis plus de 200 sacs poubelles (!!!). Forte heureusement, ce n’était pas non plus mon cas. Mais quand j’ai mis tout les objets dont je devais me séparer d’un côté, je me suis dit « je ne peux pas jeter tout cela, c’est inhumain surtout si des personnes en aurait besoin ». KonMari est contre le fait de donner car elle dit que finalement on va encombrer l’autre avec nos objets et que souvent il les acceptera pour nous être agréable mais ne les utilisera pas ou bien cela va l’encombrer à son tour.

Du coup, je pense que ce n’est pas forcément vrai pour tous les objets et toutes les personnes. J’ai « jeté » 2/3 de ma garde-robe dont des pièces remarquables que je n’ai jamais mises. De ce fait, j’ai choisi de les vendre au vide-dressing Back To Vintage car elles étaient neuves, ou encore sur Vinted et le Bon Coin à moindre coût pour faire des heureuses. Les livres ont été données à une association caritative pour la création d’une bibliothèque dans un village de Côte d’Ivoire (la plupart n’avaient été lu qu’une fois) et d’autres donnés pour compléter la bibliothèque du travail. J’avais plusieurs sèche-cheveux, des sets de couverts en double alors j’ai demandé autour de moi si quelqu’un en avait besoin. Si non, j’ai mis en vente ou jeté. En revanche j’ai vraiment jeté le reste.

Les « why not » ?

J’avoue que demander à chaque objet « est ce qu’il vous apporte de la joie? » peut sembler bizarre mais quant on y réfléchi, surtout en prenant en compte la vision asiatique, les objets ont une âme et transmettent des ondes positives et négatives. Si vous ne vous entourez que d’objets qui vous rappellent des mauvais souvenirs, effectivement, vous vous sentirez mal à l’aise chez vous et inconsciemment, vous n’aurez pas envie d’en prendre soin.

Est-ce que cela marche vraiment ?

2014-08-16 14.20_edited

Bon alors, je suis toujours en train de la faire car elle dit qu’il faut bien 6 mois : je suis en plein tri photo sur mon PC et mes disques durs et c’est vraiment très relou mais nécessaire. Sinon, pour moi, je dois dire que c’est une réussite.
J’ai un dressing rangé depuis le 19 février (je n’exagère pas) et j’ai tout réorganisé pour faciliter la gestion. Pour le moment cela semble fonctionner.
Il en est de même pour la bibliothèque et mon bureau (qui avait l’habitude d’être toujours encombré). Ma table de maquillage et mes placards sont ENFIN clairs et plus débarrassés de centaines de produits inutiles (je n’exagère pas le nombre)
J’ai changé ma façon de faire du shopping : car je ne veux plus assister au gâchis d’avoir des tonnes de fringues que je ne porte pas ou des cosmétiques qui font ressembler ma salle de bain à une parapharmacie. Du coup, maintenant j’achète de façon raisonnée et me dire que je n’achète qu’une (magnifique) paire de chaussure me permet de m’acheter de belles (et plus) chères paires de chaussures.

Qu’en pensez-vous ? Avez-vous déjà essayé ?
Donnez moi votre retour d’expérience pour ceux qui essaient.
J’ai fait des fiches pour faciliter la méthode, si cela vous intéresse laissez moi un commentaire.

Retro time @ Back to Vintage Caen

Comme je l’ai abordé dans un mon article précèdent, le salon Back to Vintage Caen a eu lieu pour la première fois à Caen le 17 et 18 mars 2018! Première réussite puisque de nombreux afficionados du vintage et curieux se sont pressés tout au long du weekend au Centre des congrès de la ville pour découvrir les années 1950, 1960 !

IMG_8411 (2).jpg
Au programme, en plus des nombreux exposants : Concerts, cours de danse rock-n ’roll, défilés de pin-up et élection de Mr et Mrs Vintage ! Nul besoin de prendre une machine à remonter le temps pour découvrir ce qu’il y a de plus fun à cette époque! Avec les copines bloggeuses, nous étions là avec notre stand vide-dressing ! Et quel plaisir ce fut de revêtir le temps d’un weekend des tenues d’époque colorées ou encore de se mêler à toute cette super ambiance dans la bonne humeur.

Je crois que les images en disent bien plus que les mots alors je vous laisse découvrir en image cet évènement ! En espérant qu’une Deuxième édition aura lieu l’année prochaine.

Vintage Market !

blog.JPG
Un vintage market avec plus de 40 exposants autour de la thématique des Trente Glorieuses. Une belle façon de chiner chemise rétro, robe Rockabilly ou encore objet d’antan. De jolis produits à (re) découvrir.

IMG_8399 (2)

IMG_8415 (2).jpg

Des stands originaux !

En passant par le food-truck ou encore le stand de dégustation de bières « La Kékette » (c’est le nom de la marque hein XD) ou encore de la voiture d’époque.

IMG_8413 (2).jpg
Une belle voiture rétro pour le stand du magazine Carlingue qui sera disponible en kiosque dès avril. La voiture est une 1933 Ford 3 Window. Très belle et dans un excellent état, car elle roule encore !

 

IMG_8420 (2).jpg
Les gâteaux rétro de la Fleur des Délices. Mon coup de cœur en gourmande que je suis !

Des animations tout au long du weekend !

Nombreuses animations étaient proposées pendant le weekend comme les cours de dans Rock’n’roll, l’élection de Mr et Miss Vintage ou encore des concerts qui nous ont fait swinguer même entre les rayons de notre vide dressing.

blog2.JPG

En autre on trouvait un barbier : Chez Max, un tatoueur Skulls and Bones, un visiotron (sorte de jukebox des années 60/70 vidéo), un trombinette et un food truck !

 

Tout ça en plus des expos de classic cars, moto etc…

Notre vide-dressing

29314076_10156054426768260_6310551725245726720_n
Notre team au grand complet : Delphine de La Bulle de Delphine, Marine, instagrameuse, Severine Wistiti, instagrameuse, Ingrid de Dress-Ing Blog, Harmonie, le Beau Temps, moi-même, Amélie Bloomwood, instagrameuse et Céline de C-Line Box, le blog;

 

BLOG&.JPG

Si vous l’avez manqué aucun problème ! Vous pouvez retrouver nos articles et même pleins de nouveaux sur le site Vinted !

L’élection de Miss et Mr Vintage

IMG_8462.jpg
Les participantes à l’élection de Miss Vintage. De très jolis looks qui les mettaient toutes en valeur ! C’est Emilie, la participante n°9 qui a gagné !

Avez-vous assisté à cette édition Back to Vintage ?

Pour information 2 dates de salons Back to Vintage sont à prévoir en Normandie dont une prochaine édition à Cherbourg puis une en fin d’année au Havre !:

29425773_1739115756108569_2962838296102442209_n.jpg

Un grand merci aux filles : Harmonie, tout spécialement MERCI,  à Sévérine, Céline, Delphine, Ingrid et Marine c’était super de passer du temps ensemble et à Amélie, c’était vraiment top de se recroiser à nouveau dans ce cadre aussi fun ! 

Un immense merci à Benjamin de la Gazette d’Hector qui a organisé ce salon !

 

 

Thessaloniki vibes

31068-GRC-Tesalonica-Radio_Thessaloniki.jpg

Thessalonique c’est la 2e ville de la Grèce, derrière Athènes. Moins connu que la capitale, elle n’en est pas moins plus charmante et fera le plus grand bonheur de ceux qui recherchent l’authenticité grecque.
Voici donc 5 raisons d’y passer quelques jours :

1/ Pour son histoire

thess.PNG

Architecture grecque antique, ottomane, moderne témoigne d’un passé riche marqué par les plus grands empires du pourtour méditerranéen.

Atatürk's home-thessalonik.jpg
Maison d’Atatürk 

A chaque coin de rue, on ne peut s’empêcher de remarquer les vestiges d’un temple, les colonnes d’un édifice ou encore admirer ceux encore existants. D’ailleurs, c’est aussi ici qu’est né Mustafa Kemal, le fondateur de la Turquie.

 

Sa maison se trouve dans l’actuel consulat de Turquie à Thessalonique et il suffit simplement de demander pour visiter.

 

 

 

2/ Pour son climat

Panorama.jpg
vue de Thessalonique depuis les remparts sur le haut de la ville

Oui je sais, le climat est idyllique et typiquement méditerranéen avec ses beaux oliviers et ce bleu azur du ciel. Bien que très chaud l’été (au mois de juin il faisait déjà 40°C presque aussi chaud que la métropole turque voisine d’où je venais).

3/ Pour sa proximité à la mer

C’est une ville portuaire dont l’attachement à la mer est certain.

Photo0456
Le port est plutôt agréable pour s’y promener mais c’est surtout le soir que l’ambiance est à son beau fixe puisque, la chaleur tombée, les gens se réunissent pour boire un verre, manger, sortir en famille ou entre amis.

Nikiti1.jpg
A Nikiti, sur la plage

Non loin de là, il est possible de se rendre sur de très belles plages à Nikiti, un village sur la côte à côté de Chaldiki puisqu’à cet endroit, il y a 3 bancs de plage. Le premier est très fréquenté car il est le plus proche de la ville. Le second, celui où nous sommes allées est un peu moins. Enfin, le dernier est tout bonnement interdit aux femmes car c’est là que se tient le Mont Atos, édifice religieux sacré où se trouve un monastère. Pour y aller, il suffit de prendre un bus, qui passe très régulièrement et sillonne la région.

 

 

4/ Pour ses églises

 

Osios david's church
Eglise Osios David, Thessalonique

 

S’il y a bien un mot qui me vient à l’esprit c’est « orthodoxe » tant il y a d’églises et d’édifices religieux dans la ville. Les églises sont vraiment magnifiques et sont décorées avec la plus belle attention.

 

Couvent des vlatadons
Intérieur du couvent des Valadons, Thessalonique

 

THES

5/ La nourriture

Ce n’est pas un secret, la Grèce, en général, est réputée pour sa bonne cuisine colorée et saine. On mange donc très bien à Thessalonique puisque j’ai dégusté de loin le meilleur Savlouki (sorte de viande façon kebab dans un pain pita avec une sauce au yaourt) et la meilleure moussaka.

Surprise, ici la moussaka se fait avec de la cannelle pour adoucir le goût du mouton dans le plat

Ce que j’ai le moins aimé

– La compagnie de bus qui m’a emmené en Grèce pas ponctuel, peu d’informations. Le bus était indiqué mais n’existait pas.
– L’après-midi, tout le monde fait la sieste donc tout est fermé car il fait trop chaud pour faire quoi que ce soit. Comme vous avez pu le lire dans mes articles, je ne suis pas vraiment Farniente.

 

thessal.PNG
Mon périple en Grèce, Kavala et Alexandroupoli avaient l’air de jolies bourgages.

 

thessa2.PNG

Mon voyage remonte à 2011, de ce fait, à part vous partager quelques souvenirs, je n’ai malheureusement pas d’adresses à vous donner ni d’indications plus précises. J’espère simplement que ses quelques annotations vous permettront d’avoir une idée sur la ville. De mémoire, lorsque j’ai traversé la Grèce en bus, depuis la Turquie, j’ai vu des villages magnifiques, blancs qui dont les falaises tombaient dans la mer azur et ponctués de couleurs par les fruits et les fleurs qui arpentaient le long des murs et des terrasses;

 

Et vous avez-vous déjà visité la Grèce?

 

[CITY GUIDE] Funchal in Madeira

Comme je vous l’avais annoncé dans mon article sur Madère, je préférais vous détailler la ville de Funchal dans un article à part entière. En effet, il s’agit d’un pan important dans les attractions touristiques de l’île. Funchal s’est développé grâce au fait qu’elle était une étape obligatoire pour la traversée de l’Atlantique.

QUE VISITER A FUNCHAL ?

IMG_0138

Un choix assez conséquent s’offre à vous. Personnellement je vous recommande de lister les activités et de trier en fonction de vos préférences car, la ville se fait bien en 2/3 jours si on veut vraiment en voir le maximum. Vous pouvez prendre les incontournables téléphériques vers Monte, qui était jadis, un quartier très résidentiel où se trouve les tireurs de traineaux (une sorte de moyen de locomotion au 19e siècle pour la bourgeoisie de la ville). Sur place, ce sont essentiellement de belles demeures mais vous pouvez descendre au Jardin Botanique de la ville qui, en vaudrait le détour. Nous avons choisi de rester sur le centre de Funchal car, les nuages nous aurait empêché de voir quoique ce soit depuis les téléphériques. Nous avons donc réparti la visite de Funchal en 3 grands espaces : Funchal Ouest, Bord de mer et Funchal Est.

OUEST DE FUNCHAL

funchalO.JPG

Funchal Ouest est en fait le centre de la ville, c’est ici que se concentre la plupart des musées, des boutiques et des restaurants. Par chance, notre hôtel était au cœur de cette zone, ce qui facilitait les déplacements d’une façon considérable ! Nous avons arpenté les rues colorées de la ville pour admirer la Cathédrale Sé.

IMG_2336.JPG

Puis, nous avons remonté les rues, en passant devant la Banco do Portugal et son architecture typique, pour nous rendre à la place de l’hôtel de ville avec juste à côté le collège de Jésuites (gratuit).

IMG_0764

Toujours en remontant par l’université, nous avons trouvé les caves Peireira d’Oliveira (entrée libre- dégustations 5 €) qui permet de déguster le fameux vin de Madère, qui a mon sens relève d’avantage d’un spiritueux que d’un vin de table.

IMG_0211

Puis nous sommes montées après des efforts bien mesurés, à la forteresse du Pico (gratuit) qui offre un panorama sur Funchal très impressionnant car, on voit tout depuis ce toit de la ville.

IMG_0220IMG_0230

Nous sommes ensuite redescendu en direction du Musée Quinta das Cruzes (musée 3 €, jardins gratuit)  en nous arrêtant au point de vue (miradouro) qui donne une vue imprenable sur les toits de la ville faisant face à la mer). Le musée en lui-même est très connu, pourtant les jardins valent tout autant le déplacement.

IMG_0247

Toujours en descente, vous pouvez visiter le couvent Santa Clara (3 €) ou encore descendre la Casa- museu de Frederico da Freitas, si vous aimez l’art. Les rues sont vraiment jolies et c’est agréable de flâner en se laissant surprendre par les petits détails.

IMG_0762.JPG

Enfin, vous pouvez vous marcher à travers le jardin municipal (gratuit) et admirer la belle construction du Ritz-Madeira (prix de la conso), l’endroit idéal pour prendre une pause avec de la musique acoustique jour comme nuit et terminer par le théâtre Balthazar Dias.

IMG_2888.JPG
Jardim Municipal

 

PROMENADE FRENTE DE MARE

funchalM.JPG
Notre chemin le long de la mer

Le Bord de mer était à notre surprise, très diversifié et on ne s’attendait pas à voir autant de choses en une seule promenade. Des petits kiosques à café sur la marina, en passant par des musées (musée CR7) ou encore de gros hôtels faisant place à des lieux escarpés, bref une belle promenade !

 

Nous avons commencé depuis Avenida do Mare, qui est l’avenue par laquelle vous prendrez tout les bus que ce soit dans Funchal ou pour aller dans d’autres villes de l’île(SAM, Rodoeste et Horario do Funchal c’est ici), en passant devant le Palais Sao Lourenço qui est aujourd’hui une caserne militaire.

Puis, il suffit de longer la mer en passant par le jardin Santa Catarina (gratuit) qui vous donnera une vue imprenable sur Ilhas Desertas, les îles désertes en face de Funchal, et sur le musée CR7 en l’honneur de la star de football Cristiano Ronaldo qui est né ici !

IMG_0289.JPG

Ensuite, il suffit de loger la mer par l’Estrada Monumental, et vous arriverez à la zone hôtelière et dans le quartier de Sao Martinho. Si vous longez toujours la mer, par la promenade du Lido, vous verrez un rocher noir – Ilheu do Gorgulho – et des formations volcaniques formant des piscines naturelles, d’ailleurs, de nombreux hôtels les exploitent comme tel.

IMG_0271

En continuant vous arriverez, après Ponta da Cruz (qui est la pointe de la falaise) à une plantation de bananes qu’il faut descendre pour trouver le tout petit chemin étroit vers Praia Formosa, une plage de sable volcanique. Le sable est noir et la plage est composée de galets rond et noir ou la végétation parvient à se développer malgré tout. Le plus drôle c’est qu’une fois le chemin trouvé, il faut passer à travers un tunnel dans la falaise qui vous mène à cet endroit !

IMG_0337
Praia Formosa – Funchal
IMG_0320
Le fameux sable volcanique, noir

 

EST DE FUNCHAL

funchalE.JPG

Funchal Est, est sans doute le quartier le plus typique de la ville ! Il débute au terminus des téléphérique et d’ailleurs le premier spot c’est la forteresse do San Tiago qui est aujourd’hui un restaurant. Autour, des habitants s’adonnent à la pêche ou à la baignade dans les vagues frappant les rochers de la digue.

IMG_0886.JPG
Fortaleza Sao Tiago

 

Derrière se trouve une jolie église – Igreja do Soccoro – qui donne un point de vue sur l’océan qui s’étend à perte de vue.

IMG_0921.JPG

Si vous continuez la rue Santa Maria, vous arriverez dans le quartier de Zona Velha, ancien quartier de pêcheurs délabré qui a laissé place à un quartier coloré avec des portes peintes telle de vrais œuvres de street art.

IMG_0937
Capelo do Corpo Santo
IMG_0931
Rua Santa Maria, Zona Velha

 

En remontant, il faut aller impérativement au Mercado dos Lavradores, un marché couvert qui propose toute la saveur de Madère à essayer. Nous avons voulu essayé tout les fruits « étranges» dont nous n’avions jamais vu et donc, avons acheté différentes spécialités, le problème c’est que un était un légume…

IMG_3161.JPG

 OU MANGER ?

IMG_0926

A Funchal, il y a l’embarras du choix surtout si vous êtes dans la zone hôtelière car il existe de nombreux restaurants et en bord de mer. Sinon dans le centre de Funchal, voici quelques adresses :

  • Espacio do Funchal, qui propose de la cuisine locale, après ce n’est pas mon préféré mais c’est bon et bien présenté pour un prix raisonnable.
  • Sinon, essayez obligatoirement A Bica, près du Mercado de Lavradores, c’était notre coup de cœur avec une cuisine de Madère, des portions généreuses et délicieuses et les propriétaires sont vraiment des personnes adorables !

IMG_2876.JPG
Espetada et sa garniture à A Bica

 

Pour manger comme les locaux, vous pouvez sinon essayer les Caco do Bolo (pain à l’ail nature ou avec de la viande qui est une spécialité locale), aux échoppes dans la partie est de Funchal ou encore aller dans l’une des nombreuses boulangeries O Pan, qui vendent des viennoiseries locales et portugaises (vous trouverez les fameux pasta de Belém même ici !). Mais pour la pâtisserie, nous avons trouvé une petite pâtisserie locale appelée Pasteria do Zé, près de l’église Sao Pedro qui faisait des jus pressés frais et des quejadas rejional (sorte de gâteaux au fromage blanc) maison !

IMG_2403.JPG
Quejada Rejional

 

OU SHOPPER ?

Alors, tout dépend de quel type de shopping, car sinon nous allions au centre commercial La Vie ! qui concentre la plupart des firmes multinationales et d’autres portugaises (ou espagnoles que nous ne connaissons pas) comme ALE HOP (sorte d’HEMA local).

IMG_3167

Pour les souvenirs, près de Cathédral do Sé, il y avait des petits magasins très biens et donc les prix n’étaient pas exagérés. Enfin, près de l’église Sao Pedro, on trouvait de nombreux magasins d’antiquités et de fripes.

 

Madère, l’île du Printemps éternel

translate

Il y a 3 semaines, je suis partie avec une amie en direction de Madère. Destination touristique sans être vraiment trop prisée, c’est un endroit incroyable que j’ai adoré, à tel point que rédiger cet article n’a pas été facile tant il y avait de points que je souhaitais évoquer !!!

IMG_3052.JPG
Le Ritz Madeira

 

Malgré sa petite superficie, nous n’avons pas eu le temps de tout faire tant il y a de choses à faire et à voir ! Des paysages grandioses, allant des montagnes volcaniques recouvertes de forêts denses et subtropicales ou encore des falaises mégalithes, plongeant dans l’océan aux couleurs aussi changeantes que le temps ! Vous vous doutez qu’il a fallu choisir en fonction de la météo et aussi de nos préférences !

map madeira.PNG
Voici tous les endroits que nous avons visités sur l’île de Madère

1/ Funchal, capitale de Madère

IMG_0886.JPG
Fortelesa Santiago à Funchal

Ville principale de l’île, Funchal est reconnaissable par ses rues pavées serpentant le long de la montagne et plongeant directement dans la mer. Vive et colorée, elle concentre la plupart des manifestations culturelles de l’île avec des festivals (Carnaval des Fleurs) concerts… La ville est vraiment belle et compte une architecture incroyable en plus de nombreux jardins comme le Jardim Municipal ou le Jardim Botanico. C’est assez surprenant dans la mesure où l’on s’imagine difficilement que l’île n’était même pas habitée il y a 400 ans. Je referais un city-guide sur Funchal pour vous donner tous mes meilleurs spots.

IMG_0764.JPG

2/ Les falaises et le bord de mer

IMG_0830.JPG

Il est très surprenant de voir qu’aucune façade de l’île ne se ressemble. Tout d’abord un côté de l’île est plus exposé avec des falaises où la végétation et les plantations de bananes sont abondantes.

IMG_0310.JPG
Plantation de bananes, près de Camara de Lobos

Dans le sud de l’île, les falaises sont réputées pour leur grande beauté avec Ponta do Largo, le point le plus à l’ouest de l’île ou encore l’installation de Cabo Girao.

Nous avons choisi de nous rendre à Camâra de Lobos, petit village de village typique de pêcheurs de Madère. Coloré et vivant, on peut entendre en marchant les éclats de rire et toute l’animation du retour des petites bateaux au port.

IMG_0856

IMG_3087
Bateaux de pêche à Camara de Lobos

A l’est, les falaises de Sao Lourenço, souvent battu par le vent, sont impressionnante avec une végétation quasi nulle. Lorsque nous avons choisi de nous y rendre grâce à un tour (plus aisé) la pluie a commencé à se déverser et, en moins de 5 minutes nous étions trempées.

IMG_2715
Falaises de Sao Lourenço, après çanical

Mais cela valait vraiment le coup de se mouiller un peu pour voir les choses que nous avons vu : des falaises gigantesques et des petits amas de galets que chacun a construit pour témoigner de son passage…

IMG_0496
Falaises de Sao Lourenço

Une autre idée d’escale est aussi d’aller à Porto Moniz pour se baigner dans les piscines naturelles que le volcanisme a forgé au gré du temps.

3/ L’intérieur de l’île, des montagnes aux forêts sauvages

Il est selon moi, impossible de faire toute l’intérieur de l’ile en une seule fois tant il y a de choses à voir, à moins d’utiliser la voiture. Nous y sommes donc retournées plusieurs fois, afin de pleinement profiter de chaque chose. C’est de loin la partie de l’île que j’ai préféré.

IMG_0468.JPG
Petite maison de Santana

Imaginez des montagnes culminant à 1800 m d’altitude, avec de profondes vallées par lesquelles des ruisseaux poursuivent le système d’irrigation des levadas pour amener l’eau jusqu’aux côtes. Sur les flancs des montagnes, se dressent des forêts vierges jonchées par des cultures en terrasses qui ne sont pas sans rappeler l’Asie du Sud-Est ou l’Amérique latine.

Plusieurs options se sont offertes à nous pour découvrir cet endroit aussi sauvage qu’authentique :

1/ Le tour opérateur

IMG_0367

Nous avons pris un tour guidé pour nous rendre au Pico do Arieiro, car, il est préférable de ne pas se rendre seul sur des sommets surtout lorsqu’on est pas un alpiniste aguerri. Hélas, le temps ne nous a pas permis de voir grand-chose car comme à son habitude – dit-on – le pic était dans les nuages…Ce tour était vraiment bien car nous avons pu voir les ateliers de vanneries de Camacha puisqu’il s’agit d’une spécialité de l’île, Ribeiro Frio, un charmant hameau en contre-bas du pico do Arieiro dont la spécialité principale est l’élevage de truite, les falaises de Sao Lourenço (ci-dessus), Machico, l’ancienne capitale de l’île où a accosté Zarco (celui qui découvrit l’île) et enfin Santana, le village connu pour ses maisons atypiques.

IMG_0544IMG_0408

IMG_0358
Ribeiro Frio, un petit hameau où on élève des truites

IMG_0460

IMG_0339.JPG
Atelier de vannerie à Camacha. La vannerie est une spécialité de Madère, où l’artisanat semble tenir une place importante.

2/ Le bus à travers la route vers le col d’Encuméada

C’est l’une des possibilités mais il était tout à fait possible de faire aussi celle pour Curral das Freitas (la Vallée des Nonnes réputés pour sa beauté des points de vue).

IMG_0546.JPG
En direction de Sao Vicente

Nous avons pris le bus en direction de Sao Vicente car nous souhaitions voir les grottes volcaniques de l’île. Nous avons donc décidé de prendre le bus mais le temps changeant était un véritable casse-tête car avant de gravir les montagnes nous avons dû affronter un brouillard si épais qu’on ne voyais à plus de 2 mètres. J’admire la dextérité avec laquelle les chauffeurs arrivent à manier des autobus dans des routes si petites avec un climat pas forcément clément.

IMG_2765

IMG_2776
Route entre Ribeira Brava et Sao Vicente, par le col de Encumeada (Serra do Agua)

IMG_0550.JPG

Arrivées à Ribeira Brava, nous avons commencé à gravir les montagnes à travers une route sinueuses. Mais plus nous entrions dans le cœur de l’île, plus le paysage était incroyable ! Habituée des montagnes, je n’avais jamais vu cela. Une fois le col d’Encuméada franchi, le temps avait radicalement changé et la vallée de Sao Vicente baignait dans un ciel aussi bleu que l’océan.

IMG_0621.JPG
Village de Sao Vicente

Arrivé à Sao Vicente, nous avons visité les grottes, et le centre de volcanisme qui raconte la formation de l’île et de ses voisines : Desertas et Porto Santo.  Bien qu’intéressante, je n’ai pas trouvé la visite très transcendante mais c’est toujours une expérience à faire. Sur place, le village est mignon avec son architecture si typique.

IMG_2837
L’intérieur des grottes de Sao Vicente
IMG_2851
L’intérieur des grottes de Sao Vicente

 

Nous avons marché jusqu’à la plage qui issue de l’activité volcanique passée de l’île avec ce même sable volcanique que l’on retrouve sur Praia Formosa, à côté de Funchal, et des gros galets où la végétation parvient – malgré tout- à se faire une place.

IMG_0657.JPG

3/ Les randonnées et les levadas

IMG_2954.JPG
Vue depuis Portela, Faial

Suivre les levadas à travers les sentiers et les forêts, est la façon la plus simple encore découvrir la faune et la flore de Madère. Les levadas sont des tranchées dans le sol construit par l’homme pour irriguer les terrains, en permettant de transporter l’eau de la montagne vers les vallées et le bord de mer. La plupart des randonneurs suivent donc ces canaux d’irrigation afin de découvrir la diversité de l’île. Ainsi les randonnées les plus connus sont la Levada de las 25 Fontes (accessible seulement en voiture), la Levada de Calderao Verde (bus et voiture), la Levada de los Balcones (en bus 56 à Ribeiro Frio) ou encore Portela à Ribeiro Frio.

IMG_0710.CR2.jpg
A travers la Verada das Fundaras, entre Portela et Marocos

Nous avons opté pour une un peu moins connue – la Verada das Fundaras –  du côté de Machico qui partait du col de Portela pour rejoindre en contre-bas, le village de Marocos.

IMG_2977

IMG_2975

Arrivé au col de Portela le temps était un véritable déluge, mais malgré tout, je n’ai aucun regret de l’avoir fait. Nous avons vu des points de vue magnifiques, aperçue Porto Santo – la petite sœur de Madère presque jamais visible à cause du mauvais temps sur la côte est – et la chaine des pics – pico do Arreiro, pico Ruivo et Pico Grande. J’imagine que par temps clair, ce chemin doit être vraiment encore plus beau à voir.

IMG_2997.JPG
Vue de Marocos, depuis les cultures en terrasse

Nous avons traversé des bois humides, puis des cultures en terrasse pour arriver au centre du village. Une véritable expédition !

La gastronomie

Pour une petite île, Madère compte de très nombreuses spécialités toutes plus savoureuses les unes que les autres. Il faut absolument essayer le Bolo do Caco – pain à l’ail qui me fait un peu penser au beurre d’escargot sur ce pain. Vraiment délicieux !

IMG_2868.JPG
Bolo do Caco – du pain à l’ail

Il y a aussi l’espetada, une brochette de viande sur du bois de laurier qui veut que traditionnellement on la cuit à la verticale. Le poisson n’est pas en reste car vous pouvez déguster l’espada – le poisson sabre.

IMG_0946.JPG
Poissons sabres au Marché (mercado de los Lavradores)

Autant vous dire que lorsque j’ai vu la taille de la « bête » cela m’a surpris ! On le cuisine avec des bananes de Madère et une sauce passion.

IMG_0340Bolo do Mel, une spécialité de Madère. Autrefois, il était consommé au moment de la période de Noël.

Il y a aussi la soupe de tomate et oignon à essayer, le bolo do mel qui est un gâteau de miel. Question boissons, ils ne sont pas en reste avec le Vinho do Madeira (vin de Madère) qui est tout sauf un vin « classique » comme on l’entend en France. Vous pouvez le déguster à la Cavo d’Oleiveras ou encore chez Blendy’s.  Enfin la Poncha, sorte de ponch aux fruits locaux, un peu plus fort que ce que nous trouvons ici !

IMG_0211.JPG
Le vin de Madère

Infos pratiques sur Madère

Depuis Paris – il faut y aller en avion et seuls 3 compagnies assurent la liaison Transavia (via Porto), TAP (compagnie nationale portugaise) et Aigle Azur. En tout comptez 4h de vol.

IMG_3167.JPG

Se loger – nous avons opté pour un hôtel à l’hôtel Madeira, au centre de la ville de Funchal et nous avons beaucoup apprécié mais vous pouvez trouver de beaux hôtels dans la zone hôtelière en fonction de ce que vous recherchez. Air BnB est aussi possible, nous avions trouvé quelques possibilité mais je vous recommande de vous loger à Funchal pour faciliter le séjour.

A L’aéroport, prenez le bus SAM qui part tout les demi-heures pour rejoindre Funchal – le billet coûte 5 € et 8€ l’aller-retour. Et, il est possible de se déplacer sur l’île en bus avec les compagnies SAM (est de l’île), Rodoeste (ouest de l’île), Horarios de Funchal (Funchal et une partie du centre de l’île). D’ailleurs la compagnie de bus Horarios de Funchal a édité un guide en ligne pour voir les principales attractions touristiques et comment s’y rendre en bus : ici (en Anglais)

Météo changeante : en une journée vous verrez apparaître les 4 saisons

Ce que j’en ai pensé

IMG_0533.JPG

J’ai été vraiment ravie de mon séjour à tel point que je souhaite y retourner pour explorer tout le reste de l’île. Une semaine géniale en compagnie d’une personne formidable. Bref, je vous conseille vraiment cette ile incroyable qui n’a cessé de m’étonner.

 

Sens Unique – lancement Altesse Mysore

La semaine dernière, j’étais invitée à découvrir le nouveau parfum « Altesse Mysore  » par Alexandre J, chez Sens Unique, la boutique de parfums de niche qui distribue cette marque.

IMG_0988.JPG
Alexandre J, des parfums de niche au packaging si singulier.

 

Autour d’un verre de rosé, nous avons fait connaissance avec l’équipe d’Alexandre J qui nous non seulement présenté le parfum Altesse Mysore, mais aussi la gamme « The Collector ». Altesse Mysore  raconte un voyage dans l’Inde des Maharajas de par son nom Mysore (Mysuru était l’ancienne capitale d’un royaume éponyme) mais aussi par sa fragrance. Les notes de tête sont poivre rose, élémi et ambroxan, avec des notes de cœur rose, jasmin et prune séchée, le tout sur des notes de fond de cèdre, benjoin, patchouli, vanille, musc blanc et de bois d’ambre.

o.46878.jpg
Altesse Mysore – image frangrancia

 

L’ensemble de la gamme The Collector d’Alexandre.J est une invitation au voyage qui nous transporte dans un univers foral et épicé, qui n’est pas sans rappeler l’Orient. Chaque couleur est un mariage entre un mélange de fleurs et d’épices, et l’histoire du parfum se laisse raconter comme carnet de voyage à la croisée des routes. Les packagings sont toujours très travaillés, rappelant le luxe et l’opulence propre à ses contrées si lointaines qui ont toujours su fascinés l’Occident.

IMG_3677.JPG

Mandarine sultane vous invitera à découvrir les Jardins de l’Alhambra, Altesse Mysore, la volupté de l’inde, Golden Oud m’inspirait les nuits orientales… Bref, je vous laisse découvrir en images.

IMG_3674
tous réunis sur la même table – chacun ayant une saveur unique, mais tous rappelant inlassablement la volupté de l’Orient mystérieuse et envoûtante.

 

Pour ma part, je me laisserai bien tenter par Mandarine Sultane (le bleu), ou encore le petit nouveau Altesse Mysore (le rose). Je vous encourage vivement à faire un  tour chez Sens Unique, pour découvrir ces petites merveilles.

Sens Unique Caen – Place Saint Sauveur – 14 000 Caen

Vous pouvez (re)découvrir cette parfumerie avec mon article

IMG_3663