Fall Colors in Quebec

Hello à tous !
Nous sommes deja en automne 🍂 et c’est fou ce que mes dragonfruit açaí limonade me manquent déjà. Mais, bon l’automne a aussi ces bons côtés, le retour du Pumpkin Spicy Latte, les nouvelles séries TV et surtout des couleurs flamboyantes. Et c’est précisément ce que j’avais hâte d’observer depuis mon arrivée au Canada !
Il faut savoir qu’au Québec, le point culminant des couleurs vives des arbres est à son summum aux environs de mi-octobre. Avant, les arbres sont encore verts, après, les feuilles sont complètement au sol avec le vent.
Nous avons donc choisi d’aller au Mont Saint-Bruno qui aussi un parc national surtout connu pour être une station de ski, l’hiver venu. Situé à moins d’une heure de Montréal, je trouvais que cela était une belle alternative à d’autres parcs plus lointain pour une belle journée en forêt.
Au loin, le Vermont aux USA
Qu’en pensez-vous?
D’autres endroits où je peux vraiment vous recommander d’admirer les couleurs d’automne :
– le Parc de la Gatineau à Gatineau,
– les Laurentides
– le fameux Mont-Tremblant
– le parc Jacques Quartier (près de Québec),
– le Parc national Rigaud (près de la frontière avec l’Ontario)
– le Vermont (Pittsburg et Burlington) aux Etats-Unis
Publicités

Lisboa ventura 

 

Je devais initialement continuer à vous poster mon périple aux Pays-Bas, mais j’avoue avoir plus besoin de soleil que de culture. L’hiver est là et le climat morne me fait d’avantage rêver de soleil, couleurs, effervescence… Donc je vous propose un article sur Lisbonne que j’aurais dû poster mais faute de temps et d’opportunités, ce dernier est resté tout seul (sniff :’() au fond du tiroir (virtuel).
L’occasion est parfaite, puisqu’en plus mon frère y va prochainement ! Histoire que cela te serve aussi un peu de guide 

Trêve de bavardages, Lisbonne est un peu LA destination incontournable des vacances et qui ces 2 dernières années rencontre un intérêt grandissant pour les vacanciers comme pour les voyageurs en quête de destination singulière ensoleillée. Personnellement, cela faisait plusieurs années que je souhaitais visité cette ville, tout particulièrement depuis qu’une amie de fac m’avait envoyé une carte absolument magnifique de ses vacances ! Bref, dès que possible, nous avons saisi l’opportunité et j’ai adoré ! Du soleil, de la douceur, de la culture, de l’architecture, de la bonne gastronomie, voilà les ingrédients de mon séjour réussi dans la « ville aux 7 collines » (eh oui Rome et Istanbul n’ont pas ce monopole).

Voici donc 7 RAISONS d’adorer Lisbonne

1/ Miradouros

Les miradouros, ou en français, les points de vue sont nombreux et facilement accessible. Souvent agrémenté d’un jardin ou de café, ils offrent souvent un panorama singulier de la ville. J’en ai fait plusieurs mais 3 ont vraiment retenu mon attention :

Le Miradouro de Portas do Sol, qui est au dessus de l’Alfama et offre une vue imprenable sur le quartier ainsi que sur Sao Vicente.


Le miradouro Sao Pedro de Alcantâra, qui offre le panorama sur la ville sur le Tage, et est situé dans un petit jardin au dessus de l’Eglise Sao Roque et est vraiment agréable dans l’après-midi pour se metre un peu au frais de la chaleur.


Enfin mon préféré a été sans aucun doute le Miradouro da Graça, où nous avons admiré le coucher de soleil à son paroxysme.

2/ Les tramways « Electricos »

Si vous le pouvez, parcourez la ville à pied et en transport en commun.
Entre leur métro qui est vraiment bien organisé et rapide, il y a le tramway appelé « Electricos » qui est vraiment authentique et typique. 

Ainsi, prenez ligne 28, direction Figeira et arrêtez vous à Portas do Sol. Vous ne serez pas déçu de parcourir tout les quartiers typiques de Lisbonne comme Chiado, Barro Alto, Rossio, Baixa…

3/ L’architecture


Ce qu’il ya de plus singulier à Lisbonne c’est bien son architecture. Issue de plusieurs styles de nombreuses couches d’histoire et de style se superposent et, en se promenant, on ne sait plus où donner de la tête. En plus, les bâtiments sont colorés et ornés de terrasses verdoyantes ou de balcons fleuris. Outre l’Alfama, ou encore le Castello Sao Jorge, les rues des vieux quartiers témoignent de cela comme Baixa Pombolina avec la Praça Do Commercio, ou encore Santa Apollina avec le monastère de Sao Vicente.

Dans le Rossio, outre la Praça do Figeira, les rues pavées ont-elles aussi cette architecture propre à Lisbonne.

4/ La nourriture


Ce que je peux confirmer c’est bien qu’on ne meurt pas de faim à Lisbonne ni même au Portugal d’ailleurs. La cuisine est généreuse et savoureuse, colorée et on y déguste des poissons comme la morrue, le macro. D’ailleurs, la Conservaria Nacional est connue de tous et est l’endroit idéal pour acheter de succulentes conserves de poissons à un prix raisonnable.

Autre spécialité de la ville, les pastais do nata et les meilleurs se dégustent à la Pastais do Bélem, le lieu qui les a vu naitre, ou encore à la Pastaria Nacional près de la praça figeira.

5/ L’Alfama

L’Alfama c’est l’âme de la ville. Si vous partez au-delà de la cathédrale do Sé, vous n’êtes pas loin.

Avec ses rues sinueuses blanches, et ses couleurs aux balcons ce quartier n’est pas sans rappeler la Casbah d’Alger ou Balat à Istanbul. Fief du fado, musique portugaise locale, il suffit simplement de les parcourir en se laissant porter par cette atmosphère singulière. C’est de loin l’endroit que j’ai préféré à Lisbonne tant j’ai aimé ces lieux.


6/ La culture

Lisbonne est avant tout une ville culturelle, où on retrouve de nombreux musées et attractions touristiques et franchement il y a en pour tout les goûts ! Outre les traditionnels musées de la ville, je suis allée par hasard au musée Coleçao Berardo qui se trouve à Bélem. Quelle fut ma surprise lorsque j’ai vu des œuvres de Warhol, Bacon, Dali ou encore Picasso dans ce centre dont l’entrée était gratuite !!! J’ai adoré et je recommande vraiment d’y aller si vous êtes un amateur d’art moderne.

Plus étonnant, le nucléo archéologico qui se trouve….dans une banque. Dans les sous-sols de la BCL, se trouve les fondations romaines de Pombolina, l’ancien nom de Lisbonne.

Sinon, toujours du côté de Bélem, vous pouvez vous laisser tenter par visiter le Mosteiros do Jéronimos. L’attente vaut le coup d’œil.

Enfin sachez que les Portugais sont un peuple tourné vers la mer et donc, tout naturellement le monument des découvertes rappelle les exploits de Vasco de Gama, Magellan et les autres navigateurs. Naturellement, nombreux sont les musées ou les attractions ayant pour thème la mer.

7/L’effervescence

Oui, Lisbonne est une ville qui vit et pas seulement du tourisme. Si vous allez dans le quartier du Chiado, c’est là le cœur historique où l’on retrouve les vieux cafés, les vitrines…Pour les magasins, rien de tel qu’une virée à Baixa ! Il y a de tout : des marques portugaises, internationales etc.
Voici quelques recommandations :
– vous pouvez acheter les chaussures qui sont d’excellente qualité et peu onéreuses.
– les conserves de poissons, le vin si vous prenez du DOURO, ou encore l’huile d’olive de chez GALLO.
– les babioles chez ALE-HOP : peu cher et de belles trouvailles

Et pour la vie nocturne, Bairro Alto saura vous contenter aisément sauf si vous souhaitez découvrir le nouveau quartier des docks en plein renouveau près du pont du 23 Avril.
A vous de voir !

Les Lisboètes et plus généralement les Portugais sont vraiment très accueillants et chaleureux. C’est vraiment un beau pays avec des personnes agréables.
Je recommande cette destination à 100% et si vous le pouvez, ne vous limitez pas Lisbonne, allez à Sintra, Cascais, ou encore dans d’autres régions du pays qui méritent d’être découverte.

Comme je l’ai dit plus haut, j’ai vraiment aimé mon séjour à tel point que j’aimerai bien y retourner le temps d’un weekend. J’ai fait de nombreuses destinations et il est rare celles où je veux revenir.

Avec Budapest, Istanbul, Londres, Amsterdam ou encore Madère, Lisbonne est une de celle-ci.

 

Istanbul, I call this HOME

J’avais déjà écrit de nombreuses ébauches de ce qu’avait été mon expérience à Istanbul, mais finalement, aucune ne semblait réellement coller avec ce que je voulais vous montrer et pourquoi cette ville m’avait autant émerveillée. Pour vous dire, 5 ans après je ne cesse d’en parler à mon entourage.

Istanbul (69)
J’ai vécu à Istanbul lorsque j’ai passé un semestre à l’étranger en Erasmus même si j’ai prolongé de quelques temps pour mon petit ami de l’époque ! Pourquoi la Turquie ? Et bien, à l’époque, je voulais partir loin de tout ce que je connaissais, être dépaysée, changer, aller vers une culture différente. 

Je venais de vivre des moments difficiles et la Turquie m’attirait vraiment tel un appel du cœur que je ressens encore parfois lorsque mes pensées se perdent. Il n’est pas rare encore aujourd’hui que mon esprit ne voyage dans ses souvenirs lorsque je prends le bus pour mon travail ou quand j’entends une musique qui m’y rappelle. 

IStanbul vue (3)
Istanbul, vue de Canlica, un point culminant de la ville

ISTANBUL c’est une ville titanesque, la New-York de l’Eurasie ! A première vue cela peut nous sembler chaotique tant tout se mélange, pourtant, pour moi je my sentais bien. J’adore ce mélange du neuf et de l’ancien, de l’avant-garde à la tradition, des gens, des façons d’être et de penser. C’est ce qui fait pour moi que cette ville est si singulière ! Cette ville a une âme propre si on sait la ressentir.
Tout les guides vous indiqueront peut-être les endroits touristiques où aller si on est de passage, mais aucun ne saura vous faire ressentir autant cette vivacité que les habitants de cette ville. Je vous propose donc une liste de mes 10 endroits préférés que je vous recommande de voir si vous allez à Istanbul.

 

1. Aya Sofya

Eminönü - Haghia Sophia 4 (5).jpg
L’intérieur d’Aya Sofya

Cette ancienne basilique byzantine, puis mosquée et enfin musée et l’endroit qui m’a le plus coupé le souffle. On se sent minuscule à l’intérieur tant la salle principale est majestueuse ! Ce qui m’a toujours fascinée c’est le fait que malgré les (nombreux) séismes, elle est toujours là stoïque à contempler le monde, en face de la Mosquée Bleue, Sultanahmet.

Istanbul (63)

Istanbul (64)
En face, la Mosquée Bleue, une merveille architecturale
Si vous êtes étudiant à Istanbul, demandez la muzekart, grâce à cette carte qui ne coute pas très cher, vous pouvez visiter de nombreux musées gratuitement dont Aya Sofya.

 

2. Le Grand Bazaar

Istanbul (55)
Il n’existe nulle autre endroit comme celui là ou encore son « petit frère » Misir Bazaar (qui est le marché aux épices). Cet immense marché couvert était pour moi comme un voyage dans le temps avec ses épices, ses loukoums colorés ou encore ses étoles et ses bijoux… vendeurs, artisanats, art culinaire tout se mélange et chacun trouve sa place pour ravir les visiteurs du monde entier comme c’était déjà le cas au temps où Constantinople était un carrefour de commerce sur la route de la Soie.

Istanbul (77)

3. Beyoglu, le cœur de la ville

Bâtiment typique de Beyoglu

C’est le cœur de la ville et j’affectionne tout particulièrement cet endroit pour Istikkal Caddesi, la grande rue que je dévalais à pied ou en Nostajik tramway au gré des magasins et des cafés pour me rendre à mon stage. En haut, se trouve Taksim Meydani, l’hyper centre de la ville. Je me rappelle encore des rendez-vous qu’on se donnait devant Burger King entre Erasmus afin d’être sûr de ne pas se manquer. Pour ma part, je préfèrais dire « Consulat de France » juste en face XD. Tout dépend après du point de vue. A côté, se trouve un petit fast-food qui vent des islak burger. Je me rappelle encore leur forme bizarre qui en dépanne plus d’un les nuits après de grosses fêtes bien arrosés.


En bas de la rue d’Istikkal se trouve Karaköy et la tour Galata, c’est un peu un endroit bohème et avec une amosphère qui a quelque chose d’envoutant. C’est par là que se trouve le pont jonché de pêcheurs qui vous emmene à Eminönü.

Çiçek pasaji (passage de la fleur) à Beyoglu
Istanbul (102)
Nuit à Tünel
Si vous chercher un endroit avec des bars et des cafés, allez dans une rue parallèle à Istikkal Caddesi, qui s’appelle Tünel. La nuit c’est l’endroit où aller.

 

4. Le long du Bosphore, Bebek

Istanbul (70)
Parc Emirgan Körüsu

Ma découverte la plus intéressante c’est bien cet endroit. Un jour avec une amie, nous avons marché depuis Besiktas jusqu’à Bebek. Pour moi c’est un peu le Saint-Tropez de la ville, avec ses maisons à tomber, ses cafés et ses restaurants au bord de mer et enfin les ruines de la forteresse ottomane Rumeli Hisari.

 

Image illustrative de l'article Rumeli Hisarı
Si on continue encore plus loin le long du Bosphore, on trouve encore plus de ces belles maisons appelées des « Hali » et un centre commercial avec des marques de luxe : Istinye Park. Mais ce que j’ai le plus aimé c’est bien le parc Emirgan Korusu avec ses maisons et ses salles si typiques.

 

5. Ortaköy

Istanbul (76)

Ortaköy - Kumpir (2)
Kumpir – spécialité d’Ortaköy

Ortaköy je l’ai découvert avec des copines Erasmus qui voulait absolument aller à Bebek. En chemin, on s’est finalement arrêté à Ortaköy qui est connu pour sa spécialité : la Kumpir, une sorte de patate farcie à tout ce que vous voulez et surtout les Waffles ! Alors c’est bien ce qui me manque le plus d’Istanbul et je n’EXAGERE PAS . C’est une gauffre (adaptation surement de la spécialité belge) avec des fruits, des toffees, des fruits secs… Qui vous fait prendre 1000 kcal à la bouchée XD mais c’est tellement bon et puis de toute façon, si vous marchez, vous les brûlerez !!

 

Je me rappelle aussi d’un marché aux bijoux qui n’existe plus mais qui était si joli…

IMG_1740.JPG
En haut, se trouve un quartier assez huppé appelée Ulus avec un parc qui vous donne la vue sur tout le Bosphore ne le ratez pas ! Plus bas, le légendaire Ciragan Sarayi et l’Université Galatasaray qui enseigne en Français.

6. Balat

Istanbul (34)
Quartier typique avec ses couleurs et ses habitations qui m’ont toujours fait penser à la Kasbah d’Alger. J’ignore pourquoi mais je voyais un bout de méditerranée dans cet endroit. Il existe d’autres quartiers tout aussi intéressants mais moins connus (je peux vous les conseiller si vous avez besoin en commentaires).

Istanbul (66)
Café turc traditionnel à Balat
Fenerb
Vue de Balat et du Patriache orthodoxe d’Istanbul
Istanbul (36)
Des lumières à Balat
 

7. Kiz Kulesi, la Tour de la Fille

Photo – wikipédia
Cette jolie tour en plein milieu de la mer m’avait aussi intrigué : pourquoi avoir bâti une tour si isolée sur un bout de terre au milieu du Bosphore ? Et un jour, des amis turcs m’ont raconté l’histoire liée à cet endroit.

Ils m’ont expliqué que selon la légende, un sultan avait une fille qu’il aimait tellement. Seulement, un jour, on lui prédit qu’elle mourrait le jour de son 18e anniversaire d’une morsure de serpent. Paniqué, le sultan fi écarter toutes les terres et tuer tous les serpents et construit une tour au milieu du Bosphore pour protéger la princesse. Seul son père venait la voir et le jour de son 18e anniversaire, le sultan ravi d’avoir pu empêcher la prophétie lui apporta en cadeau un panier de fruits exotiques somptueux. Cependant, un serpent était caché dans le panier et mordit la princesse, qui est morte selon la prédiction.
En fait « Kiz Kulesi » veut dire « La tour de la fille » en turc d’où l’histoire. De nos jours cet endroit se visite et au sommet se trouve un restaurant maintenant.

Istanbul (1)

8. Dolmabahçe

Istanbul (91)

C’est le premier monument que j’ai visité à Istanbul ! Je m’en rappelle de la beauté de l’architecture, des jardins et des décorations. Ce palais m’a encore plus touché car la plupart des cristaux sont de Baccarat et, pour votre information, mon arrière-grand-père a été souffleur dans les cristalleries de Baccarat, une façon pour moi d’admirer le travail qu’il aurait pu faire dans sa jeunesse.

Istanbul (79)
Il existe d’autres endroits comme Dolmabahçe moins connu comme Beylerbeyi qui est palais d’été qui a été construit au 19e siècle par le Sultan Abdul Aziz ou encore Hidiv Kasri (je connais des gens qui se sont mariés là) car c’est un lieu de villégiature. J’aimais aller à cet endroit car il y a un café pour prendre le traditionnel petit-déjeuner turc : Kahvalti qui est très bien et peu onéreux. Qui ne rêve pas de prendre un repas dans un château ?

9. Süleymanye Camii

Comme je l’ai dit plus haut, oui, Sultanahmet est une mosquée splendide, pourtant c’est Suleymanye que j’ai préféré de part sa tranquilité (beaucoup moins touristique) mais surtout son histoire.  J’ai découvert cet endroit grâce à mon ex-petit ami qui connaissait les lieux.  Non loin de là se trouve un café caché dans une cour intérieure et une ancienne cisterne comme Binbir Direk ou Yerebaan qui n’est nullement répertorié. 

Suleymaniye est une mosquée impériale c’est là que se trouve les mausolées du sultan Soliman le Magnifique et de sa femme Roxelane (Hürrem) deux figures légendaires de l’Histoire turque.
Soliman a conquis une grande partie de l’Europe et du pourtour méditerranéen faisant rayonner la culture ottomane des siècles durant. Hürrem était sa femme et je vous invite à consulter la page sur wikipédia pour comprendre mieux l’histoire. Sachez simplement que encore de nos jours la TV s’inspire de cette épopée.

10. Bagdat Caddesi

 

Shopping à Bagdat Caddesi

J’ai habité Bagdat Caddesi qui est une rue un peu comme les Champs Elysées, la mer en plus (juste derrière). La rue en elle-même n’a rien de spécial, à part sa distance qui est de 10 km qui part du stade de Fenerbahçe (le club de football classé en UEFA) jusqu’à Bostanci, un embarcadère à bateau vers les Iles Princes.

La rue me plaisait vraiment car j’adorais en bonne accro du shopping que je suis, la parcourir ! Cela faisait mon sport tout comme mon émerveillement devant des marques que sont VAKKO (marque de luxe turque) ou encore Kahve Dünyasi sorte de Starbucks à la turque mais plus typique avec des cuillères en chocolat et des boissons à tomber comme le Salep (boisson lactée à la cannelle turque) ou encore les cafés turcs.

Kadikoy1 (2)

Pour s’y rendre, vous n’avez qu’une seule façon : passer par Kadikoy et si vous le pouvez, admirez la gare de Haydarpasa (qui fait encore la ligne : Istanbul – Téhéran).

 

C’est cette gare que vous voyez dans la pub Chanel N°5.

 J’espère que vous comprenez mieux pourquoi j’aime tant cette ville. J’en profite pour dire à mes amis turcs et Erasmus que pas un Jour ne passe sans que je pense à eux

Istanbul – la rive européenne

La rive européenne est un peu l’endroit où vous trouverez le plus d’activités culturelles et historiques car cela s’explique par le fait que la ville s’est étendue tardivement vers la rive asiatique et que, en plus, plusieurs empires historiques se sont succédés au même endroit (empire romain, byzantin ou ottoman).  Voici donc une petite sélection des choses que j’ai pu faire dans cette zone.

Ce que j’ai fait, points remarquables parmi tant d’autres ?

Sainte-Sophie, / Ayasofya, une merveille du monde

Istanbul (63)

Autrefois une basilique orthodoxe, puis une mosquée, cet édifice a été transformée en musée dans les années 1930. Avec ses dimensions et ses proportions incroyables, Ayasofya a su résister à tout les séismes qui ont frappé Istanbul. C’est de loin mon monument préféré dans toute la ville car on ressent cette splendeur inébranlables des époques passés. Derrière d’ailleurs se trouve des mausolées appelées « Sehzadeler Türbesi« .

La Mosquée Bleue / Sültanahmet

Istanbul (64)

L’immense mosquée se dresse juste en face d’Ayasofya et n’est autre que le chef-d’œuvre de Mimar Sinan , en l’honneur du sultan Fatih Mehmet, le conquérant de Constantinople. En contrebas d’ailleurs se trouve un petit marché atypique et non loin de là, un café traditionnel où l’on peut fumer le narguilé.

1897940_10205382623462793_3056119365551216717_n10500418_10205382623662798_2919915981930534389_n

Le palais de Topkapi et le parc Gülhane

Incroyable palais ottoman qui se répartit sur plusieurs dépendances datant de différentes époques. Je vous recommande de faire le Harem, car vous apprendrez vraiment comment était la vie au palais à l’époque des Ottomans. Enfin, dans l’enceinte du parc Gülhane, se trouve une petite église qui  est la réplique miniature d’une église byzantine. Je trouvais ce détail quelque peu insolite car il n’est pas si aisé de trouver encore des traces byzantines.

Yerebatan

Istanbul (90)

C’est une réserve d’eau très ancienne qui était utilisée par les Byzantins, cela se visite toujours et au fond, se trouve la tête de la Méduse. Elle est proche de Ayasofya, impossible à manquer vu qu’il y a toujours une longue file de touristes.

10174958_10205382624862828_4051243650412488882_n

Il existe d’autres réserves datant de cette époque mais il faut bien connaître la ville et elles ne sont pas nécessairement accessible comme la Citerne de Phioloxenos – Binbirdirek Sarnici (située près de la mosquée Iskenderpasa) – ou encore une autre en contrebas de la Mosquée Bleue que j’ai visité dans la boutique d’un particulier mais qui ne contient plus d’eau.

Le Grand Bazaar / Kapali çarsi

Istanbul (42)Istanbul (77)

Alors là on n’en prend pleins les yeux de toutes ses merveilles vendues dans ce bazar, il y en a pour tous les goûts et tous les types, par contre, il faut penser à bien négocier les prix car ils sont souvent un peu plus cher qu’il ne le devrait. Pour les épices, il y a un endroit bien spécial qui s’appelle Misir Bazaar. C’est ici que j’ai ramené de belles épices comme du safran ou du poivre (spécialité de la ville à l’époque de Byzance).

Istanbul (55)

Une petite pause en douceurs s’impose

 

Istanbul (56)

Istanbul (50)

 

De nombreux endroits existent et honnêtement, à Istanbul, vu le nombre de restos, café, salons de thé, je crois qu’il est impossible de mourir de faim. La cuisine est généreuse et savoureuse et on vous accueille toujours avec le sourire, surtout si vous faite l’effort de vouloir découvrir leur cuisine

Süleymaniye Camii

10678825_10205382681864253_8723995299416596645_n

L’un des endroits qui m’a le plus bluffé est cette mosquée. Elle est moins connue et moins prisée des touristes que Sultanahmet mais, elle est grandiose. Pour moi, c’est ma préférée et, en plus elle célèbre Suleyman le Magnifique. D’ailleurs, la tombe d’Hürrem (Roxelane) sa célèbre femme ne se trouve pas loin. Juste à côté, ce trouve un petit café où il faut descendre dans une cour intérieure. L’endroit est caché et j’avoue que je l’ai découvert car on me l’a montré.

1622857_10205382678024157_2286772931016321700_n

Autres endroits que je vous recommande dans le coin, surtout si vous êtes passionné par la culture et l’Archéologie : le Musée d’Archéologie qui a des collections impressionnantes, et le Musée des Arts Turcs et Islamiques.  Ou encore, allez faire un tour du côté de l’Université qui ne peut pas se rater avec sa gigantesque porte ottomane et la tour des télécommunications. J’y étais allée lorsque je recherchais avec des amis, un endroit pour prendre des cours de turc.

Istanbul (98)

Après, je n’ai pas vocation d’être guide touristique mais simplement partager avec vous la splendeur de cette ville.

 

Istanbul – la rive européenne 2/2

De Eyüp à Taksim, entre contrastes et mixité

Si vous traversez le pont de Karaköy, vous verrez tout ses restaurants de poissons et ses pêcheurs juste au dessus. Vous trouverez la tour de Galata qui avait été construit par les Gênois.

Istanbul (62)

Istanbul (85)

En remontant ce quartier, on arrive dans l’ancien quartier de Pera – où de nombreux européens s’étaient installées durant les siècles passés. Ici c’est le poumon de la ville, où passe la grande rue Istikkal Caddesi, partant de Taksim Meydani et allant jusqu’à Tünnel.

Istanbul (36)

Les rues de Balat

Fenerb

Si vous traversez la Corne d’Or (Haliç) il y a un quartier pas très loin d’Eminönü avec des anciennes bâtisses bien typiques (qui se retrouvaient aussi dans certains quartiers en plus ou moins mauvais état), il s’agit de Balat.

Istanbul (58)Istanbul (34)

Cet endroit fait partie d’un des plus endroits de la ville et je suis sûre que par là, il doit encore rester quelques vestiges byzantins ou romain. D’ailleurs mon université n’était pas très loin – Kadir Has et un grand pont romain vous amenait vers d’autres quartiers de vie (mais pas touristiques).

Istanbul (53)

Istanbul (47)Istanbul (32)

En remontant le quartier le long d’Halic, vous vous retrouverez à Eyüp, qui est marquée par une mosquée en marbre magnifique dont l’enceinte entour un arbre vieux de 700 ans. C’est ici d’ailleurs que les repas et prières du ramadan ont lieu.

Istanbul (68)Essayer la Boza, une boisson non-alcoolisée à base de houblon

Istanbul (73)

Essayer la Boza, une boisson non-alcoolisée à base de houblon

 

Istanbul (66)

Par ici d’ailleurs, le quartier est ancien et on retrouve ses vieilles bâtisses si typiques, où logent de nombreux cafés et restaurants, le temps de prendre un café turc ou une petite douceur : lokum, baklava, künefe…

Istanbul (67)Istanbul (37)

Grimper sur la colline de Pierre Loti – Pierloti pour admirer la vue de la ville. On doit le nom de cet endroit à l’écrivain français Pierre Loti qui avait élu domicile ici et qui, en amoureux transi d’Istanbul avait écrit Aziyadé ou encore, pris de nombreuses photos.

Le temps de prendre un bon çay et redescendre.

Akyarlar, péninsule de Bodrum

A l’heure où le printemps fait un retour timide entre soleil et froid presque hivernal, je poursuis mes récits de voyages d’été. Je vous propose alors de faire le plein de soleil en pensant à une destination chic pour l’été. Pourquoi pas la côte de la Mer Egée?

IMG_2271
Comme je vous l’avais raconté dans mon dernier article, Bodrum était un peu ma destination de rêve avec sa mer azur et ses maisons blanches, le reste de la péninsule est dans le même tenant…Et j’ai adoré.

Ce que j’ai fait sur place ?

J’ai eu la chance de loger dans une magnifique maison dans un village proche de Bodrum, Akyarlar, beaucoup plus authentique. Anciennement « Kefaluka », c’était un village de pêcheur encré dans une petite crique, fondé par les Grecs.

Bodrum (55)

Le matin, je me prenais mon thé sur la terrasse en face de la mer (oui ici sur la photo, really !!!), avec à ma gauche la colline blanchie par ces maisons typique et à ma droite le soleil déjà bien haut.

Bodrum (13)

L’après midi c’était promenade en bateau et séance de farniente et bronzette sur le pont du bateau. C’était super, de même que profiter de la douceur de la journée.

Bodrum (51)
C’était la maison du voisin, je la trouve magnifique avec toutes ces plantes

Nous avons donc fait un petit tour dans la crypte et profité du soleil et de l’eau azur.

Bodrum (73)

DSCF0768

Bodrum (45)

Seulement, énergique comme je suis j’ai toujours besoin de manger de nouvelles choses, découvrir de nouveaux endroits et bouger !!!

DSCF0790

Visite de Turgutreis

Nous sommes donc parti à Turgutreis, un lieu assez touristique encore plus en bord de mer de la péninsule. C’est un endroit assez touristiques où l’on peut se prélasser le long de la plage ou encore profiter de la marina richement décorée.

Bodrum (91)
Pour ma part, j’avais retrouvé des amis à Kahve Dünyasi (oui ! Ma chaîne de café turc préféré!) je vous avais parlé des cuillères en chocolat, mais vous ai-je parlé des cocktails glacés « Nane-Limonata » (menthe-limonade) ?
Il s’agit d’un cocktail sans alcool à base de feuille de menthe fraîches et de glace pillée.

Bodrum (25)

Ensuite nous avons assisté au couché de soleil sur la mer Egée. En face, on peut voir les différentes îles (dont 2 grecques Kos and Kalimnos) et le soleil fuyant vers l’Ouest.

Bodrum (39)Bodrum (87)

La nuit tombée, c’est le moment de déguster du poisson fraîchement pêché du jour avec un bon Raki (alcool anisé turc, cela ressemble un peu au pastis). On peut se promener et profiter de fraîcheur nocturne et du bazar multicolore de la ville avant de terminer par un verre dans un bar.

Bodrum (90)

Une atmosphère colorée et des vacances comme je les aime…Envie d’y retourner, pas vous ?

 

Promenade dans les orangers

10410372_10205575106514749_3448257799957575064_n

translate

Le temps maussade  post-hivernal et les jours sans vacances me font juste me rappeler mon voyage en Turquie. Quel pays incroyable, par sa culture, ses paysages mais aussi ces gens si accueillants ! Je voulais vous faire donc découvrir des endroits insolites loin des plages balnéaires et plus proches de la nature authentique. A deux pas du plateau du Hatay, existe un dernier bras de la Mer Méditerranée; « Akdeniz » comme on l’appelle localement. Cette petite enclave porte le nom de Karataş, et de là, on peut distinguer au loin le fameux plateau. Pourtant, ce n’est pas la chaleur des bords de mer que je vais vous montrer aujourd’hui mais, la fraîcheur des champs d’oranges et de grenades que comptent les plaines fertiles de çukurova. C’est ici que la majorité des produits maraîchers de la Turquie poussent et tout particulièrement les agrumes.

9475_10205575110394846_2852993693978512038_n10882281_10205575109634827_6259556417706066385_n

Voici les champs d’agrumes de la famille Buduroglu. Produites sur des hectares, on retrouve de gros agrumes et des grenades qui se camouflent dans les feuillages.

10882221_10205575111954885_3265087027597633423_n

J’ai vraiment aimé me promener le long des rangées d’oranges, le soir venu car la journée, la chaleur est assez suffocante. C’était vraiment beau et, ce fut un moment inoubliable…

10432148_10205575104114689_4790684932908332329_n