Istanbul, I call this HOME

J’avais déjà écrit de nombreuses ébauches de ce qu’avait été mon expérience à Istanbul, mais finalement, aucune ne semblait réellement coller avec ce que je voulais vous montrer et pourquoi cette ville m’avait autant émerveillée. Pour vous dire, 5 ans après je ne cesse d’en parler à mon entourage.

Istanbul (69)
J’ai vécu à Istanbul lorsque j’ai passé un semestre à l’étranger en Erasmus même si j’ai prolongé de quelques temps pour mon petit ami de l’époque ! Pourquoi la Turquie ? Et bien, à l’époque, je voulais partir loin de tout ce que je connaissais, être dépaysée, changer, aller vers une culture différente. 

Je venais de vivre des moments difficiles et la Turquie m’attirait vraiment tel un appel du cœur que je ressens encore parfois lorsque mes pensées se perdent. Il n’est pas rare encore aujourd’hui que mon esprit ne voyage dans ses souvenirs lorsque je prends le bus pour mon travail ou quand j’entends une musique qui m’y rappelle. 

IStanbul vue (3)
Istanbul, vue de Canlica, un point culminant de la ville

ISTANBUL c’est une ville titanesque, la New-York de l’Eurasie ! A première vue cela peut nous sembler chaotique tant tout se mélange, pourtant, pour moi je my sentais bien. J’adore ce mélange du neuf et de l’ancien, de l’avant-garde à la tradition, des gens, des façons d’être et de penser. C’est ce qui fait pour moi que cette ville est si singulière ! Cette ville a une âme propre si on sait la ressentir.
Tout les guides vous indiqueront peut-être les endroits touristiques où aller si on est de passage, mais aucun ne saura vous faire ressentir autant cette vivacité que les habitants de cette ville. Je vous propose donc une liste de mes 10 endroits préférés que je vous recommande de voir si vous allez à Istanbul.

 

1. Aya Sofya

Eminönü - Haghia Sophia 4 (5).jpg
L’intérieur d’Aya Sofya

Cette ancienne basilique byzantine, puis mosquée et enfin musée et l’endroit qui m’a le plus coupé le souffle. On se sent minuscule à l’intérieur tant la salle principale est majestueuse ! Ce qui m’a toujours fascinée c’est le fait que malgré les (nombreux) séismes, elle est toujours là stoïque à contempler le monde, en face de la Mosquée Bleue, Sultanahmet.

Istanbul (63)

Istanbul (64)
En face, la Mosquée Bleue, une merveille architecturale
Si vous êtes étudiant à Istanbul, demandez la muzekart, grâce à cette carte qui ne coute pas très cher, vous pouvez visiter de nombreux musées gratuitement dont Aya Sofya.

 

2. Le Grand Bazaar

Istanbul (55)
Il n’existe nulle autre endroit comme celui là ou encore son « petit frère » Misir Bazaar (qui est le marché aux épices). Cet immense marché couvert était pour moi comme un voyage dans le temps avec ses épices, ses loukoums colorés ou encore ses étoles et ses bijoux… vendeurs, artisanats, art culinaire tout se mélange et chacun trouve sa place pour ravir les visiteurs du monde entier comme c’était déjà le cas au temps où Constantinople était un carrefour de commerce sur la route de la Soie.

Istanbul (77)

3. Beyoglu, le cœur de la ville

Bâtiment typique de Beyoglu

C’est le cœur de la ville et j’affectionne tout particulièrement cet endroit pour Istikkal Caddesi, la grande rue que je dévalais à pied ou en Nostajik tramway au gré des magasins et des cafés pour me rendre à mon stage. En haut, se trouve Taksim Meydani, l’hyper centre de la ville. Je me rappelle encore des rendez-vous qu’on se donnait devant Burger King entre Erasmus afin d’être sûr de ne pas se manquer. Pour ma part, je préfèrais dire « Consulat de France » juste en face XD. Tout dépend après du point de vue. A côté, se trouve un petit fast-food qui vent des islak burger. Je me rappelle encore leur forme bizarre qui en dépanne plus d’un les nuits après de grosses fêtes bien arrosés.


En bas de la rue d’Istikkal se trouve Karaköy et la tour Galata, c’est un peu un endroit bohème et avec une amosphère qui a quelque chose d’envoutant. C’est par là que se trouve le pont jonché de pêcheurs qui vous emmene à Eminönü.

Çiçek pasaji (passage de la fleur) à Beyoglu
Istanbul (102)
Nuit à Tünel
Si vous chercher un endroit avec des bars et des cafés, allez dans une rue parallèle à Istikkal Caddesi, qui s’appelle Tünel. La nuit c’est l’endroit où aller.

 

4. Le long du Bosphore, Bebek

Istanbul (70)
Parc Emirgan Körüsu

Ma découverte la plus intéressante c’est bien cet endroit. Un jour avec une amie, nous avons marché depuis Besiktas jusqu’à Bebek. Pour moi c’est un peu le Saint-Tropez de la ville, avec ses maisons à tomber, ses cafés et ses restaurants au bord de mer et enfin les ruines de la forteresse ottomane Rumeli Hisari.

 

Image illustrative de l'article Rumeli Hisarı
Si on continue encore plus loin le long du Bosphore, on trouve encore plus de ces belles maisons appelées des « Hali » et un centre commercial avec des marques de luxe : Istinye Park. Mais ce que j’ai le plus aimé c’est bien le parc Emirgan Korusu avec ses maisons et ses salles si typiques.

 

5. Ortaköy

Istanbul (76)

Ortaköy - Kumpir (2)
Kumpir – spécialité d’Ortaköy

Ortaköy je l’ai découvert avec des copines Erasmus qui voulait absolument aller à Bebek. En chemin, on s’est finalement arrêté à Ortaköy qui est connu pour sa spécialité : la Kumpir, une sorte de patate farcie à tout ce que vous voulez et surtout les Waffles ! Alors c’est bien ce qui me manque le plus d’Istanbul et je n’EXAGERE PAS . C’est une gauffre (adaptation surement de la spécialité belge) avec des fruits, des toffees, des fruits secs… Qui vous fait prendre 1000 kcal à la bouchée XD mais c’est tellement bon et puis de toute façon, si vous marchez, vous les brûlerez !!

 

Je me rappelle aussi d’un marché aux bijoux qui n’existe plus mais qui était si joli…

IMG_1740.JPG
En haut, se trouve un quartier assez huppé appelée Ulus avec un parc qui vous donne la vue sur tout le Bosphore ne le ratez pas ! Plus bas, le légendaire Ciragan Sarayi et l’Université Galatasaray qui enseigne en Français.

6. Balat

Istanbul (34)
Quartier typique avec ses couleurs et ses habitations qui m’ont toujours fait penser à la Kasbah d’Alger. J’ignore pourquoi mais je voyais un bout de méditerranée dans cet endroit. Il existe d’autres quartiers tout aussi intéressants mais moins connus (je peux vous les conseiller si vous avez besoin en commentaires).

Istanbul (66)
Café turc traditionnel à Balat
Fenerb
Vue de Balat et du Patriache orthodoxe d’Istanbul
Istanbul (36)
Des lumières à Balat
 

7. Kiz Kulesi, la Tour de la Fille

Photo – wikipédia
Cette jolie tour en plein milieu de la mer m’avait aussi intrigué : pourquoi avoir bâti une tour si isolée sur un bout de terre au milieu du Bosphore ? Et un jour, des amis turcs m’ont raconté l’histoire liée à cet endroit.

Ils m’ont expliqué que selon la légende, un sultan avait une fille qu’il aimait tellement. Seulement, un jour, on lui prédit qu’elle mourrait le jour de son 18e anniversaire d’une morsure de serpent. Paniqué, le sultan fi écarter toutes les terres et tuer tous les serpents et construit une tour au milieu du Bosphore pour protéger la princesse. Seul son père venait la voir et le jour de son 18e anniversaire, le sultan ravi d’avoir pu empêcher la prophétie lui apporta en cadeau un panier de fruits exotiques somptueux. Cependant, un serpent était caché dans le panier et mordit la princesse, qui est morte selon la prédiction.
En fait « Kiz Kulesi » veut dire « La tour de la fille » en turc d’où l’histoire. De nos jours cet endroit se visite et au sommet se trouve un restaurant maintenant.

Istanbul (1)

8. Dolmabahçe

Istanbul (91)

C’est le premier monument que j’ai visité à Istanbul ! Je m’en rappelle de la beauté de l’architecture, des jardins et des décorations. Ce palais m’a encore plus touché car la plupart des cristaux sont de Baccarat et, pour votre information, mon arrière-grand-père a été souffleur dans les cristalleries de Baccarat, une façon pour moi d’admirer le travail qu’il aurait pu faire dans sa jeunesse.

Istanbul (79)
Il existe d’autres endroits comme Dolmabahçe moins connu comme Beylerbeyi qui est palais d’été qui a été construit au 19e siècle par le Sultan Abdul Aziz ou encore Hidiv Kasri (je connais des gens qui se sont mariés là) car c’est un lieu de villégiature. J’aimais aller à cet endroit car il y a un café pour prendre le traditionnel petit-déjeuner turc : Kahvalti qui est très bien et peu onéreux. Qui ne rêve pas de prendre un repas dans un château ?

9. Süleymanye Camii

Comme je l’ai dit plus haut, oui, Sultanahmet est une mosquée splendide, pourtant c’est Suleymanye que j’ai préféré de part sa tranquilité (beaucoup moins touristique) mais surtout son histoire.  J’ai découvert cet endroit grâce à mon ex-petit ami qui connaissait les lieux.  Non loin de là se trouve un café caché dans une cour intérieure et une ancienne cisterne comme Binbir Direk ou Yerebaan qui n’est nullement répertorié. 

Suleymaniye est une mosquée impériale c’est là que se trouve les mausolées du sultan Soliman le Magnifique et de sa femme Roxelane (Hürrem) deux figures légendaires de l’Histoire turque.
Soliman a conquis une grande partie de l’Europe et du pourtour méditerranéen faisant rayonner la culture ottomane des siècles durant. Hürrem était sa femme et je vous invite à consulter la page sur wikipédia pour comprendre mieux l’histoire. Sachez simplement que encore de nos jours la TV s’inspire de cette épopée.

10. Bagdat Caddesi

 

Shopping à Bagdat Caddesi

J’ai habité Bagdat Caddesi qui est une rue un peu comme les Champs Elysées, la mer en plus (juste derrière). La rue en elle-même n’a rien de spécial, à part sa distance qui est de 10 km qui part du stade de Fenerbahçe (le club de football classé en UEFA) jusqu’à Bostanci, un embarcadère à bateau vers les Iles Princes.

La rue me plaisait vraiment car j’adorais en bonne accro du shopping que je suis, la parcourir ! Cela faisait mon sport tout comme mon émerveillement devant des marques que sont VAKKO (marque de luxe turque) ou encore Kahve Dünyasi sorte de Starbucks à la turque mais plus typique avec des cuillères en chocolat et des boissons à tomber comme le Salep (boisson lactée à la cannelle turque) ou encore les cafés turcs.

Kadikoy1 (2)

Pour s’y rendre, vous n’avez qu’une seule façon : passer par Kadikoy et si vous le pouvez, admirez la gare de Haydarpasa (qui fait encore la ligne : Istanbul – Téhéran).

 

C’est cette gare que vous voyez dans la pub Chanel N°5.

 J’espère que vous comprenez mieux pourquoi j’aime tant cette ville. J’en profite pour dire à mes amis turcs et Erasmus que pas un Jour ne passe sans que je pense à eux

Publicités

Istanbul, le long du Bosphore

translate
Le Bosphore c’est un peu le cœur d’Istanbul, qui s’étend entre deux poumons : l’Orient et l’Asie. Toujours d’une couleur toujours aussi incroyable, c’est un endroit merveilleux d’une douceur qui vous porte.

Ce que je vous conseille ?

Pour moi, il faut simplement partir de Besiktas – la où se trouve Dolmabahce et continuer sa visite le long de la mer (attention cela fait plusieurs kilomètres). Profiter de la vue et surtout de la douceur de son micro-climat.

Besiktas, le quartier jeune et cosmopolite

Istanbul (54)

C’est un quartier étudiant grâce à l’université de Bahçesehir, mais aussi parce que c’est là que les lignes de ferry partent que ce soit pour aller d’un point à l’autre de la ville ou, bien dans les îles Princes.

Viewty

c’est ici que se trouve le quartier de Dolmabahçe, le magnifique palais qui a vu s’éteindre Mustafa Kemal en 1938. Cet endroit est incroyable.

Istanbul (79)Istanbul (91)

C’est aussi par là que je vous recommande d’aller pour boire un bon thé devant le paysage du Bosphore. En effet, près du parking, en contrebas, un peu caché, se trouve un café où vous pouvez prendre le thé ou essayer le café turc.

Puis vous pouvez continuer vers Ortaköy en prenant la direction de Ciragan Sarayi.

Ortaköy, la petite cachée le long du Bosphore

Istanbul (76)
C’est un endroit qui n’est pas très difficile à trouver il est juste avant Bebek et après Besiktas. Il est possible de rallier cet endroit à pied, mais j’avoue que c’est un peu long, bien que l’avenue vous fait passer devant Dolmabahçe, Ciragan Sarayi et enfin l’Université Galatasaray (université francophone d’Istanbul).
Ce que j’aime tout particulièrement ce qui n’est pas très loin du point FM Köprüsü, et que ce quartier est tout aussi typique. Bâti juste à côté du pont, c’est un c’est un ancien lieu de pêcheurs, reconverti en un havre de promenade et de marchés.
Ortaköy - Kumpir (2).jpg
C’est aussi l’endroit où on mange les meilleurs waffles, et surtout les kumpirs. Vous savez ces petites pommes de terre que l’on farcies avec tout ce que l’on veut à l’intérieur et qui se déguste en plein air. Miam ! avant, on trouvait à marcher ou bijoux qui s’étendait proche de la de la mère, sur la petite place. Aujourd’hui on retrouve encore quelques marchands, mais c’est surtout des cafés et des endroits pour s’asseoir que l’on trouve. C’est dommage que ce marché n’est plus trop d’actualité, parce que moi j’adorais me balader.

Bebek, Saint -Trop’ version stambouliote

Istanbul (1)
C’est un peu le Saint-Tropez d’Istanbul si je puis dire, ou toute la richesse et toutes les personnes épuisé mon habitude d’y trouver domicile. Mais il faut dire c’est un endroit tellement agréable, si tu es le long du Bosphore au calme sans trop de circulation et jouissant d’une douceur incroyable c’est un peu comme un village en bord de mer, mais dans la vie. Je connaissais un Starbucks tout particulièrement agréable, car il avait le mérite d’avoir sa terrasse presque sur la mère. Avec vous-même ou pourriez juste toucher l’eau ! C’était l’endroit où j’avais l’habitude de faire mes devoirs et mes dissertations !
Image illustrative de l'article Rumeli Hisarı
Rumeli Hisari, la forteresse qui longe Bebek
Istanbul (92)D’ailleurs, en allant faire vers Bebek on retrouve toutes ces vieilles maisons que l’on appelle des Yalis. Ce sont ces maisons blanches, assez anciennes dans un style un peu pêcheurs, qui sont aujourd’hui de véritables demeure valant une vraie fortune. Agatha Christie par exemple il y a séjourné. Il n’y a pas que ça, plus vous allez vers Sariyer, plus c’est magnifique !
D’ailleurs, vous pouvez admirer le pont sur le Bosphore. Actuellement il y en a deux, mais je sais qu’un troisième pont suspendu serait en projet.
 Le premier « Bogazici Köprüsü » a une légende urbaine, il paraîtrait que si vous faites un vœu sous le pont, se veut se réalisera. Car c’est le seul endroit, qui se retrouve à la fois en Europe et en Asie. J’aime beaucoup cette légende, je vous y avoir un peu cru.

Emirgan, le parc le plus reculé

Istanbul (70)
Donnant vu sur le Bosphore, elle permet de profiter du calme et de la beauté du Bosphore.
C’est d’ailleurs un des seuls endroits où on peut déjeuner au calme et pour une somme modique avant d’aller par exemple au Musée Sabanci.
Istanbul (44)
Istanbul (45)

Sariyer

 Cet endroit est tout aussi préserver voir même plus que bébête, et c’est un endroit très chic et très calme et surtout à l’abri de toute la cohue de la ville. On trouve par exemple des ambassades, ou encore le parc de Emirgan, avec ses maisons en bois de toutes les couleurs. Un peu plus loin, se trouve aussi le musée Sabanci, un vrai raffinement.
Bosphore.JPG

 

Le café turc – une tradition culturelle

translatePuisque cela fait plusieurs articles que je rédige sur la Turquie et que je suis dans ma saga « Istanbul » autant vous parler de cette belle tradition que constitue le café turc. Appelé localement « Türk kahvesi« , cette spécialité à voyagé jusqu’à Vienne, et dans les Balkans où on l’appelle « crna kava « (café noir) et est un INCONTOURNABLE à essayer durant votre voyage !!!

10428414_10205382692704524_580733236118830671_n
Cezve – petites casseroles en cuivre pour faire le café turc

 

Comment le prépare-t-on?

C’est très simple, il faut utiliser une petite casserole de cuivre appelé « Cezve ».On verse le café moulu très fin et le sucre dans l’eau froide. On met le mélange sur le feu jusqu’à ébullition. Le café ne doit pas bouillir. Il faut le retirer du feu quand le café mousse, cela veut dire qu’il est prêt.

Istanbul (66)
café turc à Eyüp, un quartier d’Istanbul

 

On distingue généralement trois types de préparation, en fonction de la quantité de sucre :

  • Pur, une cuillerée de café, en turc sade,
  • Moyen, une cuillerée de café et une cuillerée de sucre, en turc orta,
  • Sucré, une cuillerée de café et deux cuillerées de sucre, en turc şekerli,

Comment le boit-on?

 

Istanbul (57)
Connaître son avenir avec le marc de café

 

En fait, une fois bu, on place la tasse sur la soucoupe afin de lire l’avenir dans les motifs laissés par le marc de café. On appelle cela « fal » et, à Istanbul, par exemple, de nombreux café propose même de vous le lire, tant cet exercice est populaire !

1509652_10205382461698749_5669756754559669122_n

C’est aussi grâce à cette boisson que les fiançailles ont lieu en Turquie. En effet, le futur fiancé vient avec sa famille rencontrer la future fiancée et sa famille à leur domicile. Cette dernière prépare le café turc et, au lieu d’y mettre du sucre elle met du sel dans la tasse du future fiancé. Si celui-ci ne grimace pas, alors il peut épouser la fille, sinon, … Tant pis,pour lui.  Je trouvais cette tradition mignonne vraiment c’est pourquoi je voulais vraiment aborder avec vous ce sujet.

Avez-vous déjà goûté cette spécialité?

Personnellement j’ai encore tout le matériel à la maison pour le refaire.

Istanbul – la rive européenne

La rive européenne est un peu l’endroit où vous trouverez le plus d’activités culturelles et historiques car cela s’explique par le fait que la ville s’est étendue tardivement vers la rive asiatique et que, en plus, plusieurs empires historiques se sont succédés au même endroit (empire romain, byzantin ou ottoman).  Voici donc une petite sélection des choses que j’ai pu faire dans cette zone.

Ce que j’ai fait, points remarquables parmi tant d’autres ?

Sainte-Sophie, / Ayasofya, une merveille du monde

Istanbul (63)

Autrefois une basilique orthodoxe, puis une mosquée, cet édifice a été transformée en musée dans les années 1930. Avec ses dimensions et ses proportions incroyables, Ayasofya a su résister à tout les séismes qui ont frappé Istanbul. C’est de loin mon monument préféré dans toute la ville car on ressent cette splendeur inébranlables des époques passés. Derrière d’ailleurs se trouve des mausolées appelées « Sehzadeler Türbesi« .

La Mosquée Bleue / Sültanahmet

Istanbul (64)

L’immense mosquée se dresse juste en face d’Ayasofya et n’est autre que le chef-d’œuvre de Mimar Sinan , en l’honneur du sultan Fatih Mehmet, le conquérant de Constantinople. En contrebas d’ailleurs se trouve un petit marché atypique et non loin de là, un café traditionnel où l’on peut fumer le narguilé.

1897940_10205382623462793_3056119365551216717_n10500418_10205382623662798_2919915981930534389_n

Le palais de Topkapi et le parc Gülhane

Incroyable palais ottoman qui se répartit sur plusieurs dépendances datant de différentes époques. Je vous recommande de faire le Harem, car vous apprendrez vraiment comment était la vie au palais à l’époque des Ottomans. Enfin, dans l’enceinte du parc Gülhane, se trouve une petite église qui  est la réplique miniature d’une église byzantine. Je trouvais ce détail quelque peu insolite car il n’est pas si aisé de trouver encore des traces byzantines.

Yerebatan

Istanbul (90)

C’est une réserve d’eau très ancienne qui était utilisée par les Byzantins, cela se visite toujours et au fond, se trouve la tête de la Méduse. Elle est proche de Ayasofya, impossible à manquer vu qu’il y a toujours une longue file de touristes.

10174958_10205382624862828_4051243650412488882_n

Il existe d’autres réserves datant de cette époque mais il faut bien connaître la ville et elles ne sont pas nécessairement accessible comme la Citerne de Phioloxenos – Binbirdirek Sarnici (située près de la mosquée Iskenderpasa) – ou encore une autre en contrebas de la Mosquée Bleue que j’ai visité dans la boutique d’un particulier mais qui ne contient plus d’eau.

Le Grand Bazaar / Kapali çarsi

Istanbul (42)Istanbul (77)

Alors là on n’en prend pleins les yeux de toutes ses merveilles vendues dans ce bazar, il y en a pour tous les goûts et tous les types, par contre, il faut penser à bien négocier les prix car ils sont souvent un peu plus cher qu’il ne le devrait. Pour les épices, il y a un endroit bien spécial qui s’appelle Misir Bazaar. C’est ici que j’ai ramené de belles épices comme du safran ou du poivre (spécialité de la ville à l’époque de Byzance).

Istanbul (55)

Une petite pause en douceurs s’impose

 

Istanbul (56)

Istanbul (50)

 

De nombreux endroits existent et honnêtement, à Istanbul, vu le nombre de restos, café, salons de thé, je crois qu’il est impossible de mourir de faim. La cuisine est généreuse et savoureuse et on vous accueille toujours avec le sourire, surtout si vous faite l’effort de vouloir découvrir leur cuisine

Süleymaniye Camii

10678825_10205382681864253_8723995299416596645_n

L’un des endroits qui m’a le plus bluffé est cette mosquée. Elle est moins connue et moins prisée des touristes que Sultanahmet mais, elle est grandiose. Pour moi, c’est ma préférée et, en plus elle célèbre Suleyman le Magnifique. D’ailleurs, la tombe d’Hürrem (Roxelane) sa célèbre femme ne se trouve pas loin. Juste à côté, ce trouve un petit café où il faut descendre dans une cour intérieure. L’endroit est caché et j’avoue que je l’ai découvert car on me l’a montré.

1622857_10205382678024157_2286772931016321700_n

Autres endroits que je vous recommande dans le coin, surtout si vous êtes passionné par la culture et l’Archéologie : le Musée d’Archéologie qui a des collections impressionnantes, et le Musée des Arts Turcs et Islamiques.  Ou encore, allez faire un tour du côté de l’Université qui ne peut pas se rater avec sa gigantesque porte ottomane et la tour des télécommunications. J’y étais allée lorsque je recherchais avec des amis, un endroit pour prendre des cours de turc.

Istanbul (98)

Après, je n’ai pas vocation d’être guide touristique mais simplement partager avec vous la splendeur de cette ville.

 

Istanbul – la rive européenne 2/2

De Eyüp à Taksim, entre contrastes et mixité

Si vous traversez le pont de Karaköy, vous verrez tout ses restaurants de poissons et ses pêcheurs juste au dessus. Vous trouverez la tour de Galata qui avait été construit par les Gênois.

Istanbul (62)

Istanbul (85)

En remontant ce quartier, on arrive dans l’ancien quartier de Pera – où de nombreux européens s’étaient installées durant les siècles passés. Ici c’est le poumon de la ville, où passe la grande rue Istikkal Caddesi, partant de Taksim Meydani et allant jusqu’à Tünnel.

Istanbul (36)

Les rues de Balat

Fenerb

Si vous traversez la Corne d’Or (Haliç) il y a un quartier pas très loin d’Eminönü avec des anciennes bâtisses bien typiques (qui se retrouvaient aussi dans certains quartiers en plus ou moins mauvais état), il s’agit de Balat.

Istanbul (58)Istanbul (34)

Cet endroit fait partie d’un des plus endroits de la ville et je suis sûre que par là, il doit encore rester quelques vestiges byzantins ou romain. D’ailleurs mon université n’était pas très loin – Kadir Has et un grand pont romain vous amenait vers d’autres quartiers de vie (mais pas touristiques).

Istanbul (53)

Istanbul (47)Istanbul (32)

En remontant le quartier le long d’Halic, vous vous retrouverez à Eyüp, qui est marquée par une mosquée en marbre magnifique dont l’enceinte entour un arbre vieux de 700 ans. C’est ici d’ailleurs que les repas et prières du ramadan ont lieu.

Istanbul (68)Essayer la Boza, une boisson non-alcoolisée à base de houblon

Istanbul (73)

Essayer la Boza, une boisson non-alcoolisée à base de houblon

 

Istanbul (66)

Par ici d’ailleurs, le quartier est ancien et on retrouve ses vieilles bâtisses si typiques, où logent de nombreux cafés et restaurants, le temps de prendre un café turc ou une petite douceur : lokum, baklava, künefe…

Istanbul (67)Istanbul (37)

Grimper sur la colline de Pierre Loti – Pierloti pour admirer la vue de la ville. On doit le nom de cet endroit à l’écrivain français Pierre Loti qui avait élu domicile ici et qui, en amoureux transi d’Istanbul avait écrit Aziyadé ou encore, pris de nombreuses photos.

Le temps de prendre un bon çay et redescendre.

Adana, au sud de la Turquie

translateIl n’est pas vraiment courant d’écrire à propos de cette ville mais comme vous le savez sans doute, j’apprécie les endroits peu connus et loin de l’agitation. J’aime pouvoir apprécier les lieux sans me sentir oppressée comme si j’attendais mon tour de manège à Disneyland. Je suis allée à deux reprises à Adana, parce que je connaissais quelqu’un de proches dont la famille habitait là-bas, et qui, m’a permise de visiter/voir pas mal de choses même si la ville n’est pas un haut lieu de tourisme.

Ce que j’ai fait?

Outre voir, visiter et rencontrer les gens, j’ai pu voir quelques traces historiques dans la ville qui m’ont pour le moins surprise : saviez-vous que les Français ont occupés cette région? Les Romains? Moi pas avant de venir…

Le vieux pont romain – Tasköpru

Adana (6)Ce pont est l’un des seuls vestiges ayant traversé les siècles de l’époque romaine, même si apparemment, il existe un musée (que je n’ai pas vu) qui conserve de nombreux vestiges et mosaïques de cette époque.

  • La mosquée Sabanci

Adana (7)
Pas très loin du pont Takköpru, se dresse la mosquée Sabanci, une merveille architecturale

 

Adana (12).jpg
Cette endroit a l’air juste magnifique

 

  • L’Eglise Saint Paul

Cette église témoigne de l’occupation française au 19e siècle dans la région. Chose aussi surprenante quelques mots sont passés dans le jargon local comme « en arriere » (oui, je l’ai entendu plus d’une fois, pour reculer).

Adana (8)

  • Essayer les spécialités locales

Là encore, question cuisine, il y en a pour tout les goûts et surtout pour les gourmets amateurs de viande. Avec l’Adana Kebab, spécialité de kebab servie avec une petite pide (mini-pizza turque) et ses légumes; ou encore les tulçu, qui sont des amuse-bouche avant le repas – légumes aigres; ou encore le Bici-bici, glace à base d’eau de rose, très sucré mais assez surprenant. Il y a encore le Salgam, boisson locale, que je n’ai pas essayé et sûrement bien d’autres.

Adana (4)

Adana (10)
Tulçu

 

 

10687289_10205320992442056_7689436304256321010_o.jpg
bici-bici

 

  • Les vieux quartiers centraux avec la tour horloge – Saat Kulesi

 

Et enfin, la gare ferroviaire, architecture allemande pour un projet qui initié sous l’Empire Ottoman pour la ligne qui allait à Bagdad.